Une alimentation « appropriée » est une alimentation qui entretient la santé, n’alourdit pas et facilite ainsi la connaissance de soi. Elle est composée, dans des proportions variables selon la constitution et les situations de fruits et légumes crus/cuits, de graines germées, de graines oléagineuses, si besoin de céréales cuites ou germées (si celles-ci sont bien tolérées).

Les excitants tels que viande, poisson, café, thé ou alcool conditionnent et encombrent le corps. Ils sont donc à éviter ou mieux à supprimer. L’ail et l’oignon sont également des excitants, non bénéfiques pour le cerveau et devraient être évités. Les champignons qui sont une protection pour l’arbre (équivalent du foi chez l’homme) ne devraient pas être consommés. Enfin le chocolat est également un excitant à éviter ou à consommer avec modération.

Le passage vers une alimentation appropriée se fait par l’observation et l’expérimentation. L’idée n’est pas de se priver (ce qui engendrerait des frustrations et donc des tensions) mais de « voir » comment le corps réagit aux aliments qu’on lui donne, de comprendre quels sont les aliments qui conviennent et ceux qui ne conviennent pas. La capacité digestive, le terrain, la saison, l’activité et l’environnement dans lequel sont pris les repas sont également à prendre en compte.

Lorsqu’on laisse le corps fonctionner, c’est-à-dire lorsque le corps n’est pas stimulé, conditionné, il sait se prendre en charge, il a une connaissance organique de la paix, de l’harmonie (principe de l’homéostasie).

Ainsi, grâce à l’écoute et au discernement, spontanément, l’attirance vers les aliments « non appropriés » tombe. L’alimentation devient simple, nutritive et joyeuse sans encombrer le corps.

« Ce corps que tu possèdes est le champ de la connaissance. »  Bhagavad Gita